31/05/2012

Quiévrain n’attire pas !

a vendre.JPGDans un article récent, le journal économique « L’Echo » faisait le point sur les prix de l’immobilier en Belgique. Selon les chiffres du SPF Économie, cités dans l’article, le prix des maisons a augmenté en 2011 de 3 à 4% en moyenne en Belgique. Soit à peu près une augmentation similaire à l’inflation de l’année (3,5%).
 
L’article met en évidence les 10 communes les plus chères du Royaume. Elles sont essentiellement situées autour de Bruxelles. Par contre, les 10 communes les moins chères sont plutôt situées en Hainaut. Ainsi, Colfontaine est la commune la moins coûteuse et Quiévrain est classé à la deuxième place, suivie d’autres communes de la région : Dour (4e), Frameries (5e), Quaregnon (6e).
 
Même si au niveau local, beaucoup estiment que l’augmentation de l’immobilier est déjà trop forte, force est de constater qu’elle est bien plus forte ailleurs. Cette deuxième place de notre commune dans le classement de l’immobilier le moins cher de Belgique, avec un prix moyen des maisons de 94.705 €, est une bonne nouvelle pour les quiévrainois qui veulent acquérir une maison sur notre commune.
 
Mais malheureusement, une seconde lecture de ces chiffres s’impose ! Si l’immobilier a, comparativement, moins augmenté à Quiévrain, c’est aussi et surtout une conséquence frappante du manque d’attractivité de notre commune et un symptôme supplémentaire de son déclin ! Une fois de plus, Quiévrain se trouve en bas de classement aux côtés des communes boraines de Quaregnon, Frameries ou Colfontaine…

10:15 Écrit par Changer Quiévrain dans Cadre de vie, Economie, Logement | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : quiévrain, baisieux, audregnies, immobilier |  Facebook |

30/05/2012

Feux de la St-Jean à Audregnies : le 23 juin 2012 et pas un autre jour !

Attention, contrairement à ce qui est annoncé en page 26 du dernier bulletin communal de mars-avril 2012, les feux de la Saint-Jean d’Audregnies auront bien lieu le samedi 23 juin 2012 prochain et pas le 18 juin ! 

Saint-Jean.JPG

Comme nous le signalions dans un précédent article pour la Foire aux Fleurs, il est essentiel d’assurer une bonne communication autour des événements locaux afin d’en assurer le succès. Or, le début d’une bonne communication serait peut-être de diffuser la bonne date… C’est plus pratique…  

13:00 Écrit par Changer Quiévrain dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : audregnies, feux de la st-jean |  Facebook |

23/05/2012

La Politique quiévrainoise pour les nuls

quiévrain,baisieux,audregnies,politiqueLe 16 avril dernier, nous avons publié un article parodique sous le titre « Le jardinage pour les nuls ». A la lecture de certains commentaires (sur le blog ou via facebook), à l’écoute de certaines remarques, il nous semble utile de continuer dans ce style car à l’évidence, le « b.a. ba » de la politique ainsi que la lecture attentive d’un blog échappent à quelques intervenants.

A la première question souvent posée « Mais qui se cache derrière le groupe Changer… ? »

La réponse est : personne !

Il suffit de cliquer sur l’onglet « Notre équipe » pour découvrir la présentation de notre groupe : « Il se compose de mandataires de l’actuelle opposition (MR et CDh)… »

En visitant ensuite le site officiel de l’administration communale, chacun peut prendre connaissance des coordonnées des membres actuels du conseil communal appartenant au groupe politique « MR-CDh » (par ordre alphabétique) et formant « l’opposition » :

Marie-Jeanne Bruyère (qui remplace Valérie Abrassart depuis mai 2012) ; Grand-Place 24 à 7382 Audregnies

Yvon Carion ; rue Royale 5A à 7380 Quiévrain

Véronique Damée ; rue de Dour 55 à 7380 Quiévrain

Diana Hochart ; avenue du Castel 10 à 7380 Quiévrain

Claude Levecq ; rue du Bruil 8 à 7380 Quiévrain

Emile Martin ; rue des Wagnons 28 à 7380 Quiévrain

Pierre Tromont ; rue de Bavay 4 à 7380 Baisieux

Reste une seconde « opposition » : auprès du CPAS, des conseillers du même groupe politique siègent depuis les dernières élections de 2006 :

Isabelle Cordiez ; rue du Bruil 42 à 7380 Quiévrain

Frédéric Depont ; rue Jules Ansiau 234 A à 7380 Baisieux

Muriel Monoyer ; rue du Marais 103 à 7380 Quiévrain

Thierry Patte ; rue de l’Indépendance 42 à 7380 Quiévrain

À la seconde question « Mais qu’a donc fait l’opposition pendant six ans ? », la réponse est : son travail de manière constructive !

En savoir plus ? Avec plaisir !

« L’opposition » est constituée des élus d’un ou de plusieurs groupes (ou partis) politiques qui n’ont pas été invités à former le « pacte de majorité ».

Ce pacte de majorité est signé par les élus d’un ou de plusieurs groupes (ou partis) politiques qui ont décidé de « gouverner » ensemble et qui, par leur nombre, forment une majorité.

A Quiévrain, 17 conseillers communaux sont élus tous les 6 ans. Pour obtenir une « majorité » au conseil communal, un groupe (ou parti) politique doit obtenir au moins 9 élus sur 17.

Si aucun groupe (ou parti) politique ne dispose à lui seul des 9 élus formant une majorité, des alliances doivent être nouées. En 2006, les 8 élus du PS et les 2 élus d’ « AC », ont décidé de s’unir pour former une majorité (10 élus au total).

Les 7 élus du groupe MR-CDh, ont donc constitué « l’opposition ». Pendant 6 ans, l’opposition a joué son rôle : un rôle de surveillance de la gestion des affaires communales et de contrôle des projets présentés par la majorité.

A chaque fois que l’intérêt général de la population était garanti dans l’un ou l’autre projet, l’opposition a toujours soutenu ces projets (peu nombreux, faut-il le rappeler).

Par contre, à chaque fois que l’intérêt général ne semblait pas garanti par la mesure de gestion ou le projet présenté par la majorité, l’opposition l’a fait savoir en présentant ses arguments.

Que la majorité en tienne compte ou non, c’est sa responsabilité de décision. Et il serait bon de s’en souvenir afin de ne pas tenir, à quelques mois des élections, des raisonnements qui n’ont aucun sens, comme celui de rendre l’opposition responsable des décisions votées par l’unique majorité !

Enfin, lorsque l’heure des bilans a sonné (du moins pour ceux qui osent en présenter un…), qu’une nouvelle élection communale est proche, le rôle de l’opposition est de démontrer à la population les manquements de gestion de la majorité, les promesses faites et non respectées, les projets oubliés ou les domaines dans lesquels la majorité n’a apporté aucune amélioration.

L’opposition, à ce moment précis, a un très important travail de « mémoire » à effectuer : elle doit rappeler à la population les raisons pour lesquelles l’ancienne majorité a été élue et les résultats que cette majorité a obtenus, ou non, après 6 années de pouvoir.

C’est exactement ce que « Changer » a fait dès ses premières publications : rappeler à l’électeur ce que les élus de la majorité ont fait de leur mandat !

Telle est la démocratie. Toutes les publications de « Changer » sont basées sur des photos réelles, des faits que tout le monde peut contrôler, des extraits des programmes présentés il y a 6 ans par la majorité PS-AC.

Il n’y a dans cette action aucune exagération, aucune manipulation, aucun populisme : juste un exercice légitime d’information.

Une information tellement juste, que des aménagements ont été réalisés après la diffusion des premiers tracts de « Changer ». C’est dire s’ils étaient nécessaires !

La majorité ne peut quand même pas faire porter le chapeau de son inefficacité à l’opposition.

Il faut donc croire que cette majorité PS-AC s’attendait peut être à ce que l’opposition se taise et n’interpelle pas l’électeur… C’est raté ! Et tout n’est pas dit !

11:25 Écrit par Changer Quiévrain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : quiévrain, baisieux, audregnies, politique |  Facebook |

09/05/2012

Alternative Citoyenne (AC) : fin d’une belle arnaque !

Née en 2006, cette liste « citoyenne » entendait faire de la politique autrement.

C’est d’ailleurs ce qu’en disait à l’époque sa tête de liste, le bourgmestre MR sortant, Bernard Coulon, dans les colonnes de la « Dernière Heure » le 07/07/2006 : « On fera une campagne d'avenir. Ca ne sera pas une campagne contre les personnes ni pour dénoncer ce qui n'a pas été mais bien pour proposer des solutions. »

Quant à ce qu’il allait advenir après les élections, il ne fallait pas lire beaucoup entre les lignes pour comprendre que l’alliance envisagée par l’intéressé passerait inévitablement par le jardin socialiste, non sans l’égratigner légèrement au passage :

« Une même majorité (MR-Cdh-Ecolo) serait difficilement constructible. S'allier au PS peut être séduisant si celui-ci sort de la maladie qu'il connaît pour le moment et qu'il soit effectivement novateur lors des prochaines élections. »

Avant même que le Quiévrainois se rende aux urnes, « la messe était dite ». La suite, nous la connaissons. Mais entre temps, il y eu la campagne, où la fougue de la liste « AC » semblait inébranlable. Il suffit de relire les déclarations de l'époque : « Information et participation accrue de la population, aide aux associations, création d'un centre culturel, perspectives transfrontalières avec Valenciennes, emploi, jeunesse et sports sont nos priorités. » - Le Soir du 08/08/2006.

Demandez le programme !

AC promesses.JPG

Extraits des publications de la liste AC en 2006

Aujourd’hui la liste « AC » a vécu : ses deux élus, Bernard COULON (ex « Rassemblement Wallon »; ex « MR » ; ex « AC ») et Salvatore MIRAGLIA (ex « Ecolo » ; ex « AC ») figurent en bonne place sur la liste « PS » en candidats d’ouverture.

Voilà un remarquable opportunisme et un manque total de courage, mais ça, aussi, nous le savions déjà : en 2006, Bernard COULON claque la porte de la liste qu’il était appelé à conduire, lâchant au passage 3 des ses échevins avec une absence de classe qui reste dans les mémoires. Refusant de présenter un bilan de son mandat de bourgmestre, il rejoint l’adversaire historique qu’il a combattu pendant plus de 30 ans.

Pour 2012, le manque de courage se confirme incontestablement : plus question de reconduire une « Alternative… » qu’il promettait pourtant d’inscrire dans l’histoire de la cité comme une véritable action citoyenne. En rejoignant les rangs du PS, Bernard COULON choisit manifestement la voie de la facilité et, en quelque sorte, la voie d’une « assurance mandat ».

Ce choix typique de ceux qui ne savent plus à quel saint se vouer est le signe d’une réflexion politique de girouette plus que de meneur.

Quel crédit accorder à ce genre de positionnement ? Selon nous, aucun.

L’apport de la liste « AC » aux 6 années de partenariat avec le PS est nul : aucune réalisation, aucune « marque de fabrique » particulière… un mandat réalisé tout en somnolence et en immobilisme.

Mais ça aussi, nous le savions déjà.

Reste qu’en octobre 2012, il serait bon de s’en souvenir !